chronic heroic : Deadpool / le méta (anti)héros

Ah si vous saviez à quel point je suis content de pouvoir parler de lui. Lui ? mais si lui ! Deadpool ! l’un des personnages (si ce n’est LE personnage) le plus atypique de l’univers du comics.

Me myself and I

Crée au début des années 90, Deadpool est d’abord conçu comme un ennemi du groupe de super héros Xforce et de Wolverine avec qui il à en commun d’avoir été aussi un cobaye du projet arme X. Il est présenté comme un mercenaire sans foi ni loi, cruel et cynique.

Parodie à peine déguisé de Deathstroke de chez DC comics, Deadpool débute sa carrière comme personnage récurent de plusieurs séries avant de finalement s’attirer la sympathie des lecteurs et d’avoir sa propre mini série (chose peu ordinaire pour un méchant) dessiné par le talentueux Joe Madureira. Jusqu’a la fin des années 90, Deadpool développera petit à petit sa mythologie, celle d’un mercenaire a l’humour douteux et aux accès de violence aussi terrifiant qu’imprévisible.

Cette folie prendra alors de l’ampleur, et notre héros aura la facheuse tendance à entre des voix dans sa tête (matérialisé sous la forme de bulle de narration de couleurs différentes) ayant le même coté barjo que lui. Cela conduira à des « dialogue » croustillant poussant de plus en plus les frontières du fan service et de l’auto référence.

La chute du 4eme mur

Pourtant si « The merc with a mouth » va aussi loin, c’est a cause d’une caractéristique rare voir unique dans l’univers des comics Marvel. Si certain de ces homologues héros disposent de la « cosmic awarness » (« la conscience cosmique ») lui n’a ni plus ni moins que la « comics awarness » (« la conscience comics ») c’est à dire la connaissance intuitive d’être un personnage de bande dessiné. Deadpool sait qu’il est le héros, et que donc la mécanique narrative joue en sa faveur. Il ne manque donc jamais une occasion de s’adresser directement à nous lecteur, en nous dévoilant les ficelles des auteurs. Il utilise aussi cet avantage pour prendre le scénario à revers… en lisant sa propre bande dessiné pour savoir quoi faire ensuite !

Ce genre de petite fantaisie fait tout le sel de Deadpool, et le rendent à la fois sympathique et dérangeant. Sympathique parce qu’il s’adresse à nous comme à des lecteurs éclairés, conscient qu’il existe des mécanismes de narration que nous sommes à même de comprendre et de « jouer » avec. Dérangeant lorsque les auteurs prennent un malin plaisir à pousser à l’extrême cette ficelle au point qu’on se sentent manipuler par ce héros qui « savait qu’on aller penser à ça ».

Deadpool doit être vu comme un personnage fonction, qui agit avant tout dans le « méta systeme » de Marvel. Il ne peut pas fonctionner tel qu’il est dans l’univers classique, et doit vraiment être vu comme un electron libre, une parenthèse enchanté qui offre toute les fantaisie. Et les auteurs l’on bien compris ! on ne compte plus les scénarios de type « what if » ou deadpool fait son show. Que ça soit en retournant dans le passé pour se faire passer pour spiderman ou bien en affrontant des entité cosmique par la force de sa répartie, Deadpool n’a pas son pareil pour endosser n’importe quelle casquette et parodier jusqu’a plus soif les genres.

Petite sélection

L’analyse de Deadpool serait assez barbante sans quelques exemples qui vous donneront le ton. Je tacherai de spoil le moins possible… mais je ne garanti rien !

– Il faut sauver le soldat Deadpool
Lors d’un procès, le soldat Wade Wilson raconte son histoire, comment il est devenu Deadpool et comment il à intégrer un commando responsable d’un carnage en amérique du sud. Pendant ce temps, l’armée apprend qu’il va tout balancer et décide d’agir pour le contrer. Qui dit vrai ? qui ment ? Deadpool est il réellement fou ?

– Deadpool corp
Alors que l’univers est en péril, Deadpool est choisi pour sauver la situation. Mais un seul Deadpool ne suffit pas ! c’est pour ça que notre héros est rejoint par d’autres version de lui même venus de differents univers : Lady Deadpool, Kidpool, DogPool… et tête pool, la tête zombie volante ! Mais est ce qu’une tel conjugaison de folie peut elle réellement sauver le multivers ?

– Deadpool kills marvel
Conscient de n’être qu’un pantin dans les mains des scénaristes, Deadpool veut en finir : mais comment faire lorsqu’on a un pouvoir de régénération quasi absolu et que les auteurs ont toutes les astuces pour justifier votre résurrection ? Deadpool a la certitude que sa seule solution est de détruire l’univers Marvel… un héros après l’autre ! Mais est ce qu’un carnage de cette ampleur est possible ? les auteurs vont ils garder le monstre sous leur contrôle ou tomber eux aussi sous ses coups ?

– Le mariage de Deadpool
C’est le grand jour, Deadpool va se faire passer la corde au cou. L’occasion pour le mercenaire de revenir sur toutes les histoires romantique (ou pas) qu’il à vécu. A moins que ce ne soient encore les fruits de son imagination ?

See you on the big screen

Les fans sont impatient de voir Deadpool arriver sur grand ecran avec Ryan Reynolds dans le role principal. Ce dernier à beaucoup à se faire pardonner aux fans de l’homme en rouge, étant donnée l’abomination qu’avait été son apparition dans le film « Wolverine ». Les premières annonces du tournage sont prometteuse, et l’humour si particulier de Deadpool semble parfaitement respecté. Il ne reste plus qu’a croiser les doigts et attendre patiemment février 2016 pour voir si le résultat vaux le détour.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *