faut il hair Hatred ?

Vous avez sans doute entendu parler de la sortie prochaine du jeu vidéo Hatred. Grosso modo pour ceux qui ne situent pas, il s’agit d’un jeu d’action ou on incarne ni plus ni moins qu’un tueur de masse. Si si vous savez, le genre de taré qui rentre dans une école avec un flingue et qui tire sur tout ce qui bouge.

Bref le jeu va sortir et avec lui les polémiques qui vont autour de sa thématique crasseuse. Disons le tout de go, je ne suis clairement pas fan de ce que j’ai vu. Et quand je dis ça, je ne parle pas de l’aspect vidéo-ludique (qui semble classique) mais du background du jeu. Donc merci de m’éviter les remarques du genre « combien de temps de passer sur le jeu pour te permettre de critiquer ! » car je vous répondrai aussi sec que je n’ai pas besoin de fixer du caca pendant 5h pour savoir que ça en est !

Hatred c’est l’apologie du mec blanc cis qui trouve le monde pourri et qui va le faire cramer en « punition ». Oui parce que c’est bien connu quand les choses vont mal c’est la faute des autres. Ca me rappel ce type qui a assassiné des jeunes femmes sur son campus parce qu’il était rejeté par elle alors qu’il s’estimait super cool. Bah oui parce que quand ton premier réflexe après un râteau c’est de sortir le M16, c’est que t’es un super mec hein ?

Bref on nous (sur)vend le personnage comme dark, sombre et profond alors que ce n’est qu’un putain de psychopathe qui n’a rien mais vraiment rien de cool. Cliché du gros dur au cheveux long et à la voix de cancereux de la gorge en stade terminal, discours pseudo nihiliste, oh et puis bien sur gros son métal pour assaisonner le tout. Du bon appât pour le petit facho qui sommeil en nous.

J’ai put lire plusieurs arguments défendant le jeu, et j’aimerai essayer d’y répondre avec le plus de rationnalité possible.

« des jeux violents comme ça sa a toujours existé : regarde GTA ! »

exemple de merde : GTA n’a pas pour finalité de nous faire tuer des gens. Les combats sont un moyen, pas une fin en soit. Du point de vu narratif, l’intérêt est justement de montrer que la ligne est floue entre moral et crime et que le héros y glisse petit à petit pour des raisons diverses. Les héros de GTA ont de l’ambition, ils veulent grimper l’échelle social, quel qu’en soit le prix. Mais tuer les gens n’est pas leur aspiration première même s’ils sont prêt à passer à l’acte. Et en tout cas jamais parce qu’ils ont un coup de déprime. De plus, même si dans GTA on défouraille sans pitié, il n’est pas question de cruauté ou de sadisme, or le trailer de Hatred est on ne peut plus clair la dessus : on taillade a coup de couteau, on crame au lance flamme, on égorge, on terrorise avant l’ultime coup de grâce. Ces phases sont mise en avant de façon télégénique, et elles sont d’autant plus choquante que les cibles ne sont pas des ennemis, mais des innocents. Quand dans Mortal Kombat je décapite mon adversaire, il y’a aussi le risque que l’inverse se produise : ici pas d’équilibre, mon personnage est le seul à pouvoir faire du mal.

« c’est juste un jeu ! un défouloir »

la violence d’un jeu n’est pas un problème en soit. Je ne compte plus le nombre d’ennemi de pixel que j’ai expédié Ad Patres durant les milliards de partie que j’ai mené sur des millions de jeux. Et se défouler c’est cool, et je peux comprendre ceux qui veulent avant tout prendre ça comme une bonne occasion de saturer leur sens a coup de boum boum paf paf. Sauf que… bah j’ai du mal à détaché mes yeux de l’ambiance du jeu. Prenons un jeu bien débile et défouloir comme Serious Sam. On bourine de partout, on affronte plein d’ennemis en masses qu’on dégomme de partout. Bref c’est du défouloir et je ne réfléchis pas plus que ça à la cohérence que peux avoir une armée de monstre kamikaze qui me foncent dessus avec des bombes en hurlant. Je trouve ça même plutôt rigolo.

Dans Hatred par contre, l’univers est TRES travaillé, que ça soit le visuel ou l’ambiance générale. On me donne du sombre, du glauque. Ouvertement le jeu cri a la face du monde son coté déglingué du bulbe. Et du coup faut ce poser la question : est ce que pour profiter d’un défouloir je suis prêt à passer outre le fait qu’on me donne surtout l’occasion de tuer constamment des cibles dont la seule valeur ajouté est de fuir de peur devant moi, de hurler de terreur / douleur et de me supplier de les épargner ? en quoi est ce un défouloir ? en quoi est ce fun de tirer une balle dans la bouche d’une personne à terre qui n’a ni arme ni moyen de me combattre ? Autant dire que c’est un argument passablement limité.

Par honnêteté intellectuel, je peux éventuellement comprendre qu’une « phase » de jeu aille dans ce sens. Ca peut servir un propos, ça peut amener un coté « pétage de plomb »… aller soyons foufou ça peut même être amusant de franchir la ligne de la moralité. Mais faire ça en permanence et trouver ça cool… ça demande quand même un esprit plutôt tordu.

« Ce jeu c’est comme dans un film d’horreur ou un thriller avec un tueur »

Sauf que ses films ne visent pas à nous mettre dans les pompes du tueur, nous suivons ceux qui le pourchassent et qui constatent ses crimes. Et justement certains de ces films sont assez glauque et dérangeant lorsqu’ils décident de prendre le point de vue du tueur et de nous montrer ses crimes « positivement ». Il n’y a qu’a voir la mode des films façon Saw ou le sadisme prend le pas sur l’intrigue : on veut voir des gens crever de façon dégueulasse sans se soucier de l’histoire.

« Critiquer ce jeu c’est bridé la liberté d’expression : ou est Charlie ? »

Sans déconner, ça c’est de la liberté d’expression ? Vous allez devoir massivement réviser un truc les p’tits loup : la liberté d’expression ne veut pas dire la liberté de dire ce qu’on veut. C’est bizarre hein ? le droit de s’exprimer est le droit d’apporter un avis, une réflexion. Mettre en scène ce genre de violence complaisante n’est pas un avis, ce n’est pas une « expression » de quoi que ce soit. Ou alors si, ça exprime le fait que parce que le personnage principal trouve le monde nul, il se donne le droit de le détruire. D’ailleurs j’enchaîne avec une petite question bonus : si le monde est si nul, et que le mec veut crever, j’ai envie de dire why not, mais pourquoi buter des gens en masse ? si le mec trouve le monde nul et qu’il souhaite en finir pourquoi ne pas faire un truc plus utile ? je ne sais pas mais si par exemple j’apprenais que j’allais mourir de maladie ou je ne sais quoi, et bien je m’en prendrais à ceux que j’estime nuisible, j’irai me taper avec les racailles du coin ou bien le politicard qui s’en fou plein les poches sur notre dos, mais je n’irai pas agresser le pauvre mec qui rendre du boulot ou bien la nana qui fait ses courses !

Est il si absurde de s’alarmer quand le jeu a pour message « puisque ma vie à moi c’est du caca et ben je vais pourrir celle des autres ! » ? Ne doit on pas trouver ça étrange que les gens se disent « whaou cool ! je peux attraper ce type par derrière et lui coller un coup de couteau dans l’œil tandis qu’il gémit de peur ! »

« Ceux qui trouvent çà trop violent c’est des lopettes ! »

Je n’ai rien contre la violence, c’est même quelque chose qui me fascine, que je trouve parfois beau (John Woo tu me manques…) mais dans le même temps je suis admiratif des gens qui sont capable de passe outre, et qui ont bien compris que ça ne mène a rien. Plus simplement, je respecte le fait qu’on ne trouve pas de plaisir dans l’explosion de mandibule et le défroissage d’artères. Traiter les gens de « lopettes » sous entend une chose « les vrais mec ça aime la violence ». Donc nous avons bien à faire à un discours bien facho qui crée une hiérarchie entre ceux qui ont la force et ceux qui la subissent. Il y’a plein de rumeur sous entendant que les développeur du jeu auraient des tendances néo nazi, je ne vais pas aller dans ce sens car je n’en sais rien, mais toujours est il que coté discours on est quand même bien dans ce genre d’idéologie. Rien que ça ne me donne pas envie de cautionner le jeu et d’excuser ses errances. La valorisation « virile » de la violence est stupide, tout comme la condamnation « lopetifiante » de ceux qui la désapprouvent.

Vous pouvez me dire que vous aimez bien cette violence, soit, mais de critiquer vos détracteurs sur l’air de « de toute façon t’es une tafiolle ! » ça ne fait que conforter l’idée comme quoi ce jeu est nauséabond dans ses propos.

« Ouais mais si le gameplay est bien ? »

J’ai dit que je ne parlerai pas du coté « jeu » mais l’argument mérite d’être traité. Si on prend le jeu juste pour son gameplay, il a sans doute des qualités (ou pas) qui peuvent être des éléments positifs a prendre en compte. Oui mais voila, ce n’est PAS ce qu’on voulut les développeur du jeu. Ce qui à été mis en avant ce n’est pas le fait qu’on puisse shooter rapidement, ni le fait que les commandes offrent une grande variété d’armes aux fonctions spécifiques… bref le gameplay n’est pas « vendu » dans les bandes annonces et dans les publications qui ont été faite. La seule chose qui est vendu c’est la violence et l’immoralité du jeu. Du coup partir sur l’angle du gameplay, c’est comme dire qu’une comédie absolument pas drôle est quand même bien parce que la BO déchire.

Le fond de commerce du jeu et ce qui est mis en avant c’est le sang, le glauque, le sombre, et le malsain. C’est ce que les gens vont venir chercher. Parler du gameplay c’est hypocrite, car ce n’est MEME PAS ce que le jeu lui même vends. Est ce qu’on parle de skill ? d’innovation ? rien ! c’est juste du double stick shooter (c’est à dire le degré zéro du gameplay selon moi). Je pense d’ailleurs que c’est là tout le problème. Sans son habillage violent, Hatred n’aurait rien de très palpitant à proposer. C’est donc bien sa violence qui fait sa plus value et c’est donc bien elle qui doit être décisive pour savoir si on va ou non acheter le jeu. C’est aussi elle qui sera très fortement à prendre en compte pour juger du jeu, car elle est la démarche première qui anime le jeu.

 

Conclusion

Vous l’aurez compris pour moi il est clair que Hatred est un jeu très très malsain dont l’intention première est de vendre avant tout de la violence et de la cruauté comme étant cool. Faut il interdire le jeu ? la question est délicate : en soit la censure n’est jamais bonne et n’as jamais apporté que de la publicité à ce qu’on voulait interdire (le gout de l’interdit…) cependant peut on laisser un tel spectacle a la disposition de tout à chacun. J’aurai tendance à dire que le jeu vidéo est un produit qui se consomme seul, et que chacun est libre de faire face à la violence comme il le souhaite. Je peux donc juger le jeu moralement pourri sans pour autant souhaiter qu’il disparaisse. En fait ce qui me dérange le plus c’est la façon dont il va être appréhender par la plupart des joueurs.

De la même façon qu’on peut lire des œuvres subversives sans pour autant adhérer a leur propos, je pense qu’on peut jouer à Hatred sans être d’accord avec son discours. Sauf que nous l’avons dit plus haut, à part ça le jeu ne semble pas offrir beaucoup plus; Alors pourquoi y jouer ?

Je pense au final qu’il faut considérer ce jeu comme une bouse qui surf sur la vague des films « torture porn » et autre saloperie glauque, mais que c’est à chacun de tenter ou non l’expérience. Je préfère laisser quelqu’un être déçu par le jeu plutôt que de l’en priver et qu’il se persuade qu’on l’a empêcher de jouer à un hit. Quand aux idées malsaines, même si le jeu va entretenir le vice, il ne sera que le révélateur de choses plus profondément ancrée dans la société. Plutôt que de dénoncer un jeu, je préfère dénoncer ses idées facistes : ce sont elles nos seuls véritables ennemies.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *