La revanche de Gwen Stacy

Si vous n’êtes pas familier avec l’univers du comics et tout particulièrement de l’écurie Marvel, le nom de Gwen Stacy ne doit pas du tout vous être familier, et c’est tout à fait normal.

A l’origine, Gwen Stacy était la petite amie de Peter Parker, alias Spiderman, et comme toutes les autres « copines » de héros de la même époque, son rôle était classiquement de se faire kidnapper par un super méchant afin que son vaillant justicier vienne la tirer d’affaire.

Sauf que dans le cas de Gwen… ça c’est plutôt mal fini.

En effet, la jeune femme à servi de ressort narratif a ses dépend en étant tuée durant un affrontement entre le tisseur et un de ses ennemis juré. Sa mort fut d’autant plus un traumatisme pour le héros et les lecteurs que les auteurs ajoutèrent un détail sordide : Spiderman avait peut être causé sa mort en essayant de la rattraper avec sa toile…

A partir de cet instant, Gwen entra dans le triste club des héroines morte pour relancer l’intrigue du héros. Pire encore, là où beaucoup de personnage ont tendance a ressusciter à tout bout de champ, la pauvre Gwen était condamnée à fatalement disparaître, ne ressucitant que pour servir à nouveau de sacrifice sur l’autel du récit.

Et pourtant, il se pourrait bien que Gwen Stacy devienne le personnage de comics le plus iconique des années à venir…

Tout commence en 2014 lorsqu’une histoire façon « what if ? » si chère a Marvel raconte ce qui se serait passé si c’était Gwen et non Peter qui avait été mordu par l’araignée radioactive. Le succès est immédiat, et le personnage grace à son design exceptionnel (sans doute la meilleure évolution du Spider-suit depuis la version noire) attire l’attention de la communauté. Il est notamment reprit avec enthousiasme par les cosplayeuses qui vont populariser le personnage dans les conventions.

Celle qu’on surnomme maintenant Spider Gwen (alors qu’elle est normalement désigné comme « simplement » Spider Woman dans le comics) se voit offrir une seconde vie, et une série bien à elle.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là : quelques temps plus tard une couverture alternative de Deadpool pastiche Gwen sous le nom de Gwenpool. La encore, la communauté des fans s’emballe et le cosplay continue d’être un vecteur d’amplification du phénomène. La encore, une série régulière voit le jour et décline le personnage de Gwen sous un ressort plus « comique » : elle devient une héroine sans pouvoir hormis le fait de connaitre tous les secrets de l’univers Marvel.

Le personnage fonction devient une héroine brisant le 4eme mur, tirant sa force de sa connaissance de la diègese…

Gwen Stacy est en train de devenir un personnage couteau suisse déclinable en de multiple version, et c’est assez extraordinaire pour être noté. Il faut prendre conscience de ce que cela représente pour tout une génération de lectrice à qui on offre une héroïne qui s’affranchie de son passé de victime pour devenir le personnage le plus cool de toute la bande. Spider Gwen et Gwenpool ouvrent elles la voie à une kyriade de Gwenroîne ? (hey ! notez pour la postérité que c’est moi qui invente le terme hein !).

Il est clair pour moi que l’histoire de Gwen Stacy est un signe des temps fort, bien plus que ne l’a été le gender bender de Thor. Nous assistons a plus que la réhabilitation d’un personnage, nous sommes témoin d’un changement dans les mentalités aussi bien des auteurs que des lecteurs. L’appropriation du personnage par les fans n’est pas juste liée au fait que ça soit une femme forte, c’est surtout parce que… elle est trop cool ! non mais regardez son design : les couleurs, le hoodie, les basket façon parkour… et elle n’a AUCUN équivalent masculin. Spider Gwen à l’attractivité d’un héros super tendance, sans les travers des héroines sexualisé. C’est juste une nana avec une tenue de super héros… mais c’est la tenue la plus cool !

Et il se passe la même chose avec Gwenpool (même si y’a un poil plus de sexualisation) : le personnage est cool par essence, même s’il se base en partie sur Deadpool.

Le public féminin se trouve de nouvelle héroine forte, mais c’est aussi le cas pour le public masculin. Personnellement, j’adore Spider Gwen, et le peu que j’ai lu de Gwenpool m’a beaucoup fait rire. Je n’aurais aucun souci a aller acheter leurs aventures, parce que ce son des aventures de personnage sympa, colorés et surtout accomplit.

Quel parcours extraordinaire pour cette jeune femme qui pendant 40 ans à été le souvenir amer de Spiderman pour finalement devenir la coqueluche des lectrices (et lecteurs !) de comics !

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *