Session de lecture : Cycle Chuck Palahniuk (2)

Sorti en 96 et adapté au cinéma en 99 par David Fincher, Fight Club est le roman qui à fait connaitre Palahniuk au monde entier.

Critique virulente de la société, Fight Club (le film) n’a pas bien été accueillit a cause de son caractère sulfureux. l’Europe a été plus sensible au message lui offrant un accueil élogieux.

[podcast]http://www.topfive.fr/wp-content/uploads/pod/fight%20club.mp3[/podcast]

Share Button

Mirai Nikki : Futur or no futur ?

Voir l’avenir : un don qui dans la théorie est une bénédiction et qui vous assure des loto gagnant et des 20/20 aux examens. Mais voila, de la théorie a la pratique, tout ce complique, notamment si un dieu pervers (ou fou) décide de faire de ce pouvoir un jeu malsain où les participants risquent jusqu’a leur vie.

Le jeune Yukiteru est un asocial qui se complait dans sa situation. Déconnecté de sa propre existence qu’il vit en observateur, il à pour seul loisir de noter dans le journal de son téléphone portable les détail les plus insignifiant de sa triste existence. Il n’a pas de vrai ami, et préfère la compagnie d’un être imaginaire : Deus.

Mais Deus s’avère être tout ce qu’il y’a de plus réel, et offre a Yukiteru un don fabuleux : dorénavant, son journal s’écrira a l’avance, comme si lui même l’avait rédigé. C’est ainsi que le jeune garçon parvient a améliorer sans effort ses notes et éviter tout les soucis de la vie.

Continuer la lecture de Mirai Nikki : Futur or no futur ?

Share Button

Kestenpenses ?

Cette chère Valérie de Crêpe Georgette m’a gentiment enrôlé dans une chaîne a propos de l’actu. Here we go !

– La main de Thierry Henri et l’équipe de France ?
J’aime bien Henri : il à eut une réaction très honnête après cette histoire, il n’a pas essayer de dire que “oui mais bon, j’ai touché mais c’était le bout de la main…” il a assumer le geste mais surtout il a quand même rappeler ce que plein de gens ont oubliés : c’est l’arbitre qui laisse faire. Si il était aller le voir pour lui dire qu’il avait toucher la balle, on l’aurait traité de gros con. Donc non : Titi est loin d’être un gros con, c’est un type réaliste qui sait que l’univers du football pro n’est PAS juste.

Et puis la France c’est suffisamment fait baisé la gueule sur ce genre d’histoire non ?

Dernier point : personne n’a vu que c’était pas Henri mais Gallas qui l’a mit le but ?

 

– Jacques Chirac et la justice ?
Une affaire bien propice pour certains, mais finalement peu pertinente : dans ce genre de combine les ordres ne viennent pas d’un seul “malfaisant” mais d’un ensemble de gens afin de noyer les responsabilités. Personnellement j’ai toujours pensé que pour en arriver à ce niveau en politique, il FALLAIT avoir quelques cadavres dans le placard. C’est malheureux mais pour gérer les affaires du pays, il faut des gens capable de tout, parce que c’est malheureusement ce qu’ils doivent parfois faire. On a vu ce qu’un type lisse comme Jospin a donnée : il n’avait pas les crocs assez solides.

 

– Vaccin et grippe H1N1 ?
Sa va faire une semaine que je tousse comme un lépreux et que j’ai un peu de fièvre, c’est a dire exactement la même chose que tous les ans à la même époque. Au vu du peu de clarté quand à l’organisation de la campagne de prévention, je ne compte absolument pas me faire vacciner. Quand les pouvoirs publics seront décidé a savoir ce qu’ils veulent traiter (H1N1 ? grippe porcine ? Peste noire ?) je réfléchirai à la question.

Continuer la lecture de Kestenpenses ?

Share Button

Flander's Company : nous servons le mal, mais nous le servons bien !




Imaginez le drame : vous êtes un super héros, un dieu vivant bardé de super pouvoirs vachement classe comme pouvoir trancher un revolver avec votre esprit, ou bien jeter de l’écume brulante dans les yeux des gens, sauf que vous n’avez PAS de nemesis a votre hauteur. Votre avenir dans le buisness super héroique est directement compromis.

Heureusement pour vous, la Flander’s Company est là ! cette agence de recrutement mettra tout son savoir faire pour vous procurer LE méchant qu’il vous faut. Fourni toute option, avec des conditions imbattables, un méchant de chez Flander’s Company, c’est un méchant de qualité.
Continuer la lecture de Flander's Company : nous servons le mal, mais nous le servons bien !

Share Button

Top Five des écrivains anglophones qui me (nous) font rires

Etant donné que je me suis lancé dans la lecture de trucs sympas voir marrants pour casser la monotonie des transports et combler les pauses et attentes parfois ennuyeuses, je me suis souvent tellement bidonné le nez dans un bouquin que :
1/ je préfère souvent 45mn de transport à 30mn de voiture
2/ de nombreuses personnes m’ont souvent regarder d’un air amusé ou interrogatif quand j’étais plié en quatre au beau milieu d’une trame de RER…

Ca a commencé par la lecture de mails imprimés de conneries écrites entre potes (hummm MAX PUISSANT, Flash Steelers, Marcheur, JCMD, CT999, etc…) puis ca a glisser brusquement par le terrible et fatidique « De Bon Présage ». Le décor est planté, voici donc mon Top Five de ces auteurs Anglophones qui m’ont bien fait marrés…

Numéro 5 : hum. Bon. Celui là va être capilotracté comme on dit. Mais bon il en faut 5 hein ! Alors heuuuuuu. En fait si j’ai bien un cinquième élément… Ce n’est pas un auteur classé dans les comiques, je préfère vous prévenir… Mais il est britannique donc vala.

Il s’agit de Peter F. Hamilton. Il a fait entre autre le Cycle de l’univers de la Confédération (plus connu sous le nom de rupture dans le réel, etc…), le plus récent « La Saga du Commonwealth », plus connu en France sous le nom « Etoile de Pandore : blablabla » (y en a 4), et de mémoire la trilogie du vide (que je me réserve pour plus tard).

Il excelle à mon avis dans la description des défauts humains, tantôt bons, tantôt ignobles, souvent crues. Il peut aussi passer un chapitre à poser le décor ou un contexte qui servira 4 livres après. Et comme il traite de la nature humaine, il en devient croustillant, sans tomber dans l’écœurement. C’est caustique, c’est ironique, bref quand il part sur ça, c’est un humour pince sans rire assez british et que j’apprécie…
Continuer la lecture de Top Five des écrivains anglophones qui me (nous) font rires

Share Button

Windows 7 : la preuve par 6

La multiplication des Windows semble être devenu la bonne grosse blague à la mode chez Microsoft. Tout auréolé du succès pré-natale de son nouvel OS, le numéro un du secteur est pris de frénésie et prépare à tout va des tas de version de son nouveau joujou.

6 versions verront donc le jour : on notera la version “Starter” pour les pays émergeant (trad : la version pour les pauvres avec des pc pourri") et la version “Ultimate” qui coute le prix d’une berline d’entrée de gamme.

La segmentation de Vista ne lui avait pas porté bonheur, on peut donc douter de cette démarche qui non seulement perturbe le consommateur (qui ne sait plus trop quoi prendre) et pousse au crime les entreprises qui craignant de manquer une fonction achètent de grosses version entreprise pour mettre ça sur le poste de madame Fougnet, comptable faisant du Excel toute la journée.

Share Button

Top Five des persos de SoulCalibur 4

soulcalibur

Bon déjà pour ceux qui ne me connaissent pas, disons que j’ai une petite tendance à ne pas être très console de jeux et pourtant je me suis affublé d’une PS2 pour SC3 et d’une Xbox pour SC4 (enfin là j’ai plus espoir d’en faire autre chose que simple lecteur dvd alternatif, vu que je peux en profiter avec ma super TV full HD tout ça)…

Bref, je m’éloigne du sujet (mais bon comme c’est mon premier article, je tenais à expliquer pourquoi celui là^^). Donc oui le jeu de console que je préfère actuellement c’est Soul-Calibur 4 (notamment beaucoup d’heures passée à faire des persos tout ça). Donc voici mon p’tit top five du moment, sur un coup de tète, des persos que j’aime bien joué (même si je ne suis pas efficace avec, hein… pour gagner vous prenez un bon Siegfried et hop il est abusé).

Numéro 5 : Bon quand même j’hésite entre Siegfried et Nightmare… Alors je choisi Ivy car sa Valentine elle claque bien…

Numéro 4 : ca devient dur de choisir. J’ai dis que je me foutais de savoir les magner ou non et de leur niveau de poutrage qui triche ? Bon alors Mitsurugi ou Shura ? Disons Shura pour les 2 sabres qui ont la classe. Avec le style du perso je gagne une place pour Cervantes qui poutre bien mais est moche à mourir… Sinon je joue pas mal avec un Cervantes refait à ma façon donc panzer-kawaï.

Numéro 3 : dans les petits nouveaux, j’aime bien l’apprenti, même si je ne m’en sers pas encore sur tout son potentiel. A croire que Yoda (quel chieur) et Dark Vador (décevant un peu quand même, malgré son coté brutasse) peuvent aller se rhabiller (enfin pour Yoda j’dit pas mais bon lui au moins est assez charisme). Note au passage : mort au traducteur Français ! Starkiller ca claque mieux quand même… Et si c’est l’apprenti de Dark Vador pourquoi c’est pas un Dar machin, hein, Georges !)

Numéro 2 : Seong Mina, mais bon ca ressemble pas mal à Kilik, non ? hemm. Qui a dit en petite culotte ? Bah wé suis un mec et j’assume. Non j’aime ce perso car c’est avec celui là que j’ai pu, le temps d’une soirée, tenir la pige à ces salopes de Taki et Ivy (je ne vise personne… enfin…)

Numéro 1 : Kilik, joué en tant que tel ou perso féminin. Y a pas à chier son style claque sans faire dans le Greuh qui tache. En plus il fait parti des « efficaces ». Et ca ne vient pas d’un délire sur le fait de mettre mon manche dans la gueule, hein…

Voilou, la prochaine fois j’essaye de préparer un truc plus abouti… ou pas ^^

Share Button

Pourquoi le sport c’est formidable ?

Les beaux sportifs qui déambulent sur nos stades, Dieux de vertus, Parangon de l’idéal que décrivait si bien Pierre de Coubertin (qui en était pas la moitié d’un) sont des modèles pour la jeunesse de notre pays. Ils ne sombrent pas, eux, dans les travers du dopage, de la triche ou du business facile. Non : pas ces hommes là !

Mais peut ont encore parlé d’hommes ? Là ou les autres (les américains : encore eux !) doivent prendre plus de médicaments qu’un cancéreux pentecôtiste en attente de prostate, eux se contente de faire travailler leur muscles sain de sportif épris de la beauté du geste et de la culture de l’effort, les yeux tout plein de larmes, leur petit cœur tout chambouler quand retentira bien haut une Marseille marquant leur victoire.

Ces hommes d’exceptions ne courent pas après l’argent, car ils ont bien compris que dans la vie c’est de gagner la Ligua, le Tour de France ou el Giro qui compte. Je précise pour les incultes et les femmes (les deux s’apparentent certes facilement, mais il y’a aussi des femmes incultes, la précision doit donc se faire) que la Liga est le championnat de foot espagnol, et que el Giro n’est pas un chanteur d’opéra, mais la version italienne de notre tour de France, c’est-à-dire qui part de l’autre coté des alpes.

Un vrai sportif est un sportif qui se surpasse dans l’effort, c’est-à-dire qu’il va au-delà de là ou il serait allé s’il avait été juste feignant comme vous. Défiant les lois de la logique (et parfois même de la thermodynamique) le sportif est capable de se donner à 200%.

Certains, des jaloux pantouflards flasques et bedonnant, les accusent d’être des gens futiles qui ramassent des fortunes simplement pour transpirer pendant 2h. Boursoufflé de haine face à ces Apollon, ils accusent Mère Nature d’avoir doté des êtres sans qualité morale de tant de talent. Mais en réalité ils sont ENVIEUX ! Car le sportif renvoi le grassouillet devant son propre échec lors des cours de sports ou il se faisait dispenser pour des problèmes d’asthme. Ce n’est donc que justice qu’au final, la vie récompense celui qui a investit dans ses biceps et sa détermination. Les remontrances des faibles sont une insultes a Darwin qui comme chacun le sait était un superbe coureur de fond.

A ce point du récit je vous sens sceptique quant à ma démonstration. Ne le cachez pas, je lis en vous comme dans un livre ouvert sur lequel serait pointé une lampe a économie d’énergie permettant de déchiffrer juste comme il faut tout en préservant les ours polaires.

Pourtant, dans un monde ou la plupart des jeunes sont des crétins, quoi de mieux comme message que de leur dire qu’en se faisant engager dans un grand club ils pourront mener la grande vie ? Qu’ils arrêtent de polluer les bancs de nos écoles, et qu’ils aillent à Clairefontaine ! Je précise à nouveau pour les incultes, les femmes et les Seine-et-Marnais, que Clairefontaine n’est pas dans ce prédicat une marque de fournitures scolaire, mais un centre d’entrainement pour sportifs de haut niveau.

Notre gouvernement et son charismatique leader (autre sportif émérite) devraient comprendre que c’est par le sport que nous sortirons de la crise. Il n’y à pas meilleurs catalyseur pour la consommation qu’un bon événement sportif. Vous savez combien la coupe du monde de 1998 a rapporté à la France ? Et en plus on à gagner ce coup là ! 100% bénef comme opération !

Et puis le sport c’est le bien être : on s’habitude à bouffer uniquement des sucres lents et des protéines, on s’oxygène en faisant des footings sur les abords du périphérique, on soigne sa prostate en se triturant la buche entre coéquipiers sous les douches, on voit du pays pour pas cher et on peut rencontrer des officiels si on est bon. Quel honneur d’afficher une belle légion d’honneur a sa veste lorsque l’on va voir son banquier.

Alors toi peuple gras de France, honore tes Dieux comme il se doit, paye ton abonnement au Parc et chante de ta petite voix de mollasson incapable d’aller jusqu’à la boite aux lettres sans avoir un point de coté, chante la gloire de ton équipe, chie sur l’adversaire car il est différent de toi (enfin pas tant que ça, vous êtes des grosses larves tout les deux) et surtout SURTOUT : fait comme moi, prêche la sportivité, l’esprit d’équipe et l’amour de l’effort alors que tu n’as pas déplacé ton corps à plus de 5km/h depuis ce jour ou tu as faillit manquer ton bus.

Share Button

Ca doit pas être facile d'être une fille à Hollywood…

Cinéphile de longue date, votre serviteur est un homme pour qui la précision n’est pas un vain mot : lors d’une conversation avec un ami, il me jurai ses grands dieux (cet imbécile devrait pourtant savoir qu’il n’y en a qu’un et que ça fait un bail qu’il est mort…) que c’était Roselyn Sanchez qui jouait le rôle de la fiancé de la momie dans le film du même nom, alors que bien entendu tout le monde sait que c’est Patricia Velazquez (l’origine de la conversation était « Rachel Weiss était trop choupi dans Le Maitre du jeu… » je vous laisse seul juge). Bref, la conversation trainait en longueur, et nous décidames comme des gens moderne et civilisé d’en recourir à Internet et a l’omniscient Google pour connaitre la réponse.

Notre requette était simple : roselyn sanchez movie (oui car en plus nous aimons prendre nos informations à la source sur les sites américain). Nous trouvons donc dans la liste l’increvable Internet Movie Database, mais surtout sur une quantité astronomique de site nous proposant de voir la donzelle sous toutes les coutures, certains même se vantant de pouvoir pour 4,99 $ d’acceder à des vidéos de nombreuses stars en pleine copulation (chacune de son coté je suppose).
Continuer la lecture de Ca doit pas être facile d'être une fille à Hollywood…

Share Button

Superbowl : victoire des Pittsburgh Steelers !

Au terme d’un match électrique ou jusqu’a la derniere seconde tout était possible, les Steelers ont finalement rafflé la mise, gagnant ainsi leur 6eme titre (un record).

Le début de la partie laissait pourtant présager une correction en bonne et due forme de la part des Steelers, avec des Cardinals menant seulement un drive pour 10 yards de gain. Le Q.B « Big » Ben fait la loi et crée la surprise en cassant les schéma classique et en prenant beaucoup de risque : non seulement il lance fort, mais il court aussi ! Roethlisberger gardait longtemps la balle, profitant de la protection de sa ligne afin de donner du temps a ses receiver. Mieux encore, il s’offre le luxe de tenter quelques courses avant de lancer.

Un touchdown a la limite de la zone est refusé suite a une constestation de l’arbitrage vidéo, mais les Steelers rentabilisent quand même l’action avec un kick goal. Le pilonnage continue ensuite avec un touchdown transformé portant le score à 10 – 0 pour les hommes de fer.
Continuer la lecture de Superbowl : victoire des Pittsburgh Steelers !

Share Button

La vie est un classement