Journal de bord – Episode 23 : La revanche d’X-Or #Defibradbury

désolé pour le retard de publication, mais l’usage d’un autre matériel que celui de d’habitude à sacrément compliqué le mixage :)

La revanche d’X-Or

Il y’avait bien longtemps que tout le monde avait fini par l’oublier. Après tout, la Terre était en paix, et que pouvait faire la société d’un héros de métal doté d’un sabre à énergie laser ? Pas grand chose faut croire…

Gordon ne s’en plaignait pas pour autant. Cette paix il l’avait obtenu après d’âpres combat contre les forces du mal, et si la monotonie de sa nouvelle vie était le prix à payer pour que les enfants n’aient plus à craindre les monstres géants, c’était une excellente affaire à ses yeux.

Il avait troqué son armure de combat contre une tenue de vigile, et ses armes high tech contre une petite matraque et une radio. Ses amis lui avaient dit que c’était avilissant de faire ce job, mais lui répondait que c’était simplement une autre façon de faire la seule chose qu’il sache faire : protéger les innocents.

Et c’est ainsi que les clients du supermarché MaxValu faisaient leurs achats sans savoir que celui qui veillait sur eux n’était autre que X-Or, le shérif de l’espace.

Bien que l’endroit fusse relativement paisible, les missions ne manquaient pas pour quiconque avait un sens de la justice aussi aigu que celui de Gordon : aider les vieilles dames à porter leurs courses jusqu’à leur voiture, ramener les petits enfants perdus à leurs parents ou bien remettre dans le droit chemin les pickpockets en tout genre, ce n’était qu’un échantillon de tout ce qui faisait maintenant parti de la nouvelle vie de notre héros.

Pourtant, en ce jour d’hiver, c’était une mission d’un genre tout à fait nouveau qui l’attendait.

Patrouillant dans les rayons comme à son habitude, Gordon scrutait la foule de ses yeux d’aigle à la recherche d’un méfait à punir ou d’une personne à secourir. La tache n’était pas facile, car le magasin était bondé, et on ne pouvait pas faire un pas devant l’autre sans percuter un caddie remplie raz bord de bonne chose, que ça soit la traditionnel dinde pour le réveillon de Noel ou bien de délicieux chocolats.

Gordon réalisa alors qu’il n’avait jamais fêter le réveillon. Lui qui venait de l’espace ne pratiquait pas cette coutume, pourtant il en appréciait les valeurs : partage, amitié, paix…

Un cri retenti soudainement :

« Ah nooon ! ne faites pas ça ! nooon ! »

Ni une ni deux, Gordon se précipita vers la source de cet appel à l’aide, faisant de gigantesque bond par dessus les rayonnages pour aller plus vite à la grande surprise des clients du magasin.

Il découvrit alors un homme en costume de père noël violemment prit à parti par la pire espèce de menace qui existait dans tous l’univers, des êtres si vils et si abjectes que la convention spatiale en avait autorisé l’élimination sans procès ni sommation aux agents de la police de l’espace…

Les weshs !

Cette espèce typique des banlieues avait un goût affreux pour les vêtements et la musique, et passait son temps à ennuyer le monde en parlant fort et faisant des gestes avec les mains. Mais pire que tout, les weshs étaient atteint de stupidité chronique, leur donnant un langage ordurier proche du troll et une propension pathologique à la nuisance.

L’arrivé soudaine (et sautillante) de Gordon les interrompit dans leur passage à tabac du gros monsieur. Leurs regards étaient plein de hargne et de suffisance, mais notre héros en avait maté des plus coriaces.

« Hey les affreux ! » leur dit-il avec assurance « pourquoi vous ne vous en prendriez pas à quelqu’un de votre taille ?
– Whesh gro va zy tu rakont kwa ? » lui répondit un des affreux tout marchant en canard dans sa direction.
– Hein ?
– Stro chelou cke tu di !
– Oh mais bordel c’est pas possible de parler aussi mal : on dirait du braille !
– STOI LE BRAILLE ! »

Bien décidé à ne pas laisser les Weshs faire la loi, Gordon expédia un superbe coup de pied sauté en pleine face de son insolent interlocuteur. Ce dernier fût projeté en arrière, tourbillonnant sur lui même aussi vite qu’une toupie dopé aux stéroïdes.

Comprenant que la situation virait à la baston, les weshs se mirent en position : deux d’entre eux, arborant un tshirt « truand de la street rue » essayèrent agripper Gordon chacun par un côté. Ils saisirent chacun un de ses bras, mais n’eurent au final entre les mains que sa veste de vigile.

Revoyons la scène au ralentit.

Comme tout héros professionnel, Gordon avait la capacité de faire des trucs super rapidement. Il avait notamment l’étonnante aptitude a faire un petit salé au lentille (Saléô lentilliu en japonais) en 8min, ou bien de retirer ses vêtements en un instant. Ici en l’occurrence, il avait enlever sa veste, filé vers le local des employés, ranger le reste de sa tenue de vigile, enfilé ses vêtements civils composés d’un blouson de cuir marron crème, d’un pantalon blanc moulant et d’une haute paire de bottes marron, puis était revenu prendre la pose pour impressionner les weshs, tout ça en un centième de seconde.

Le résultat fût probant, et les Weshs sursautèrent de peur en lançant des invectives comme « Zarma ! » ou « Sa mayre le keum ! » et bien entendu « wesh ma gueule ! »

« Si vous voulez de la bagarre, vous allez en avoir ! » dit Gordon plein d’une juste colère
– Fo se barray ! il est tro 4 pour nou ! »

Les weshs se sauvèrent à toute vitesse, vil et lâche comme de bien entendu.

Gordon s’approcha alors du pauvre père noël tandis que la foule applaudissait et prenait des photos.

« Du calme Monsieur : ces affreux weshs sont parti, vous ne risquez plus rien !
– Oh non vous ne comprenez pas : c’est terrible ! les weshs sont parti avec ma hotte et mes jouets !
– Hum… c’est pas cool. Mais écoutez la vidéo de surveillance à tout filmée le patron vous fera pas d’histoire, l’assurance couvrira tout…
– Mais non c’est pas ce que je voulais dire ! ma hotte contient les jouets de tous les enfants du monde !
– Okey… bon mon p’tit père je pense que vous avez surtout un p’tit choc post traumatique ! mais c’est pas grave hein, on va appeler les gentils monsieur en blanc, ils vous donneront un cachou et tout ira mieux d’accord ?
– Gordon tu es pourtant un brave garçon : en tant que Shérif de l’espace tu dois me croire ! »

Notre vaillant héros sursauta : comment le vieux monsieur pouvait savoir son nom, et surtout qu’il était un super héros ?

« Comment peux tu savoir mon nom vieux monsieur ? et surtout que je suis un super héros ?
– Facile : tu es sur ma liste des enfants gentils
– Je ne suis pas un enfant
– Mais tu es gentil non ?
– La gentillesse est un concept flou : sommes nous réellement bon ou bien sommes nous dirigés par des codes moraux et sociétaux qui…
– Tu combats les méchants ?
– Oui
– Alors t’es un gentil ! et si je sais tout ça sur toi Gordon, c’est qu’en tant que Père Noel je dispose d’un réseau d’écoute et d’espionnage high tech qui surveille le monde entier 24/24… »

Gordon hésita : fallait il croire ce sympathique mais de toute évidence frappadingue sexagénaire ? Car soit il mentait et était juste un vieux fou, soit il disait vrai et dans ce cas le père noël était un big brother bien pire que tout ce que la CIA et la NSA avait put mettre en place pour violer les libertés individuels. En bon policier, Gordon choisi de mettre le vieux monsieur à l’épreuve :

« Si tu es le père noël, qu’est ce que j’ai eu comme cadeau pour mes 12 ans ?
– Mais je sais plus moi ! je livre chaque année presque 700 millions de jouets dans 50 pays : tu crois que je me rappel de tout à mon age ?
– Hum… ouais pas faux. Mais alors qu’est ce qui me prouve que c’est pas des craques ?
– Écoutes ton cœur Gordon… tu dois me croire
– Ouais bon alors si vous aviez pas d’argument il valait mieux le dire de suite hein, parce que moi je m’y connais en « suis ton cœur » et le plus souvent c’est un piège à con… »

Le père noel s’adossa contre le mur près des caisses enregistreuses et soupira…

« Quand je pense que Noel va mourir… tout ça parce que je n’ai pas su défendre les cadeaux…
– Roh vous inquiétez pas mon vieux : les parents vont faire votre taff de toute façon. Les gosses les auront leurs cadeaux.
– Gordon… je dois t’avouer un truc : les parents qui achètent les cadeaux c’est du cinéma. C’est pour faire croire aux enfants que je n’existe pas !
– Quoi ? mais c’est complètement débile
– Mais non Gordon réfléchi : de nos jours avec la télé et les réseaux sociaux, j’aurais trop de mal a gérer si les gens croyaient en moi même adulte. En plus j’aurais des ennuis avec la mère noël a cause de toutes les petites adolescente sexy  qui m’enverraint des photos coquine avec écrit dessus « est ce que j’ai été méchante ? »…
– C’est déjà arrivé c’est ça…
– Euh oui, une fois… p’tete deux… »

Gordon fixa le père noël de son puissant regard de héros, ce genre de regard remplit d’autorité paternel et de remontrances non dites.

« Bon d’accord : j’en reçois 600 000 en moyenne par an ! mais imaginez si tout le monde croyait en moi ?
– Okey ça je vous l’accorde, c’est pas si fou que ça… n’empêche que moi j’ai besoin de preuve concrète que vous êtes réellement le gentil monsieur qui pourri gatte les enfants et pas un vieux stalker dégueulasse !
– Je te comprends Gordon… tu fais juste ton travail et tu le fais bien. Suis moi : je vais te donner la preuve que tu attends ! »

Pour avoir lui même souvent répété ce message aux enfants, Gordon savait que suivre un vieux monsieur bizarre n’était pas une bonne idée. Pourtant, en tant que justicier de l’espace, il devait prendre le risque. C’est ainsi qu’il accompagna le vieux père noel sur le parking.

« Bon je vous préviens si vous me racontez que je dois fermer les yeux pour avoir une surprise ça va mal finir !
– Mais non Gordon voyons ! regarde plutôt : voici mon traineau ! »

Ce que le père noel désigna était une Ford Mustang dernier model rouge vif, avec toute options et peinture métallisée brillante.

« C’est une super caisse papy mais là je penses que vous essayer de me mystifier…
– Non Gordon, c’est mon traineau !
– Genre ?
– Bah quoi ? j’ai pas le droit d’être un peu dans le coup ?
– Je dis pas mais… et vos rênnes dans tout ça ?
– Oh bah t’en fais pas » dit le père noel en soulevant le capot « ils sont au chaud ! »

Gordon s’approcha et découvrit là ou devait normalement se trouver le bloc moteur, un petit décor de noel en miniature où les rennes du père noel (eux aussi miniaturisés) gambadaient à toute allure.

« C’est fou ce que la miniaturisation permet : hein Gordon ?
– Mais alors… vous êtes le vrai… l’authentique Père Noel ?
– Ah ah ! je vois qu’enfin tu me crois : maintenant tu mets des majuscules à mon nom !
– Rahalalala Père Noel, je suis désolé d’avoir douté de vous !
– Ce n’est rien… mais nous devons faire quelque chose pour les cadeaux ! si nous n’agissons pas vite, les Weshs vont les démonter et les revendres au marché noir !
– Il n’en sera rien Père Noel : en tant que Shérif de l’Espace, je ne laisserai pas cette infamie frapper le monde ! On va retrouver les Weshs !
– Ah merci mon p’tit Gordon… »

Le Père Noel tomba dans les bras du vaillant justicier et lui fit une accolade qui rappela à Gordon que ça faisait un bail qu’il n’avait pas eu de rencard…

… euh mais ça c’est un autre sujet !

Le fringuant héros sorti de sa poche un communicateur et appella son vaisseau spatiale qui était resté depuis bien des années en orbite autour de la terre.

Ce fut Bimi, la fille oiseau, qui lui répondit

« Cui cui ? euh… allo ?
– Bimi ? c’est X-Or : le shérif de l’espace !
– Oh X-Or c’est toi ? ça fait un bail que tu m’as pas appellée… SALOPARD !
– Quoi ?
– Des années et des années à t’attendre ! moi qui pensait qu’une fois l’empire du mal vaincu on serait parti tous les deux en amoureux pour…
– Nan mais Bimi tu vas te calmer là !
– NAAAAN ! T’as été un salaud tu m’as délaissée comme une vieille chaussette !
– Roh mais ça suffit ce cinéma : je t’ai déjà dit que coucher avec une fille qui devient un canari ça me foutait les boules, alors tu va cesser de suite cette attitude pas du tout professionnelle pour une assistante shérif de l’Espace, et tu vas de suite écouter mes ordres !
– Mais…
– Y’a pas de mais ! »

Gordon senti sur lui le regard accusateur du Père Noel…

« Bon j’suis désolé, j’me suis emporté… mais là c’est chaud Bimi, je suis avec le Père Noel, et des méchants Weshs ont volé sa hotte qui contient tous les jouets de Noel !
– Han ! mais c’est terrible : qu’est ce que je peux faire pour t’aider ?
– Ca… Ca te surprend pas que je te parles du Père Noel ?
– Naaaan ? pourquoi ?
– Non mais laisse tomber, c’est moi qui suis bête : j’oublie que je parle à un canari… »

Gordon ne put s’empêcher de pouffer de rire avant de se raviser. Sa blague était méchante, et Bimi ne méritait pas un tel traitement même si elle était parfois aussi pénible qu’une alarme de voiture pendant un cours de yoga.

« Hum… désolé Bimi : le stress tout ça…. Bon j’ai besoin que tu repères au supra scanner la signature énergétique de mes bottes
– D’accord mais pourquoi ça ?
– Très simple : j’ai mis une grosse tatane à un des Weshs, et la surpuissance énergétique de mon coup de pied doit encore l’irradier…
– Quoi tu n’as toujours pas fait réparer cette histoire de fuite énergétique ?
– Ouais bah ça va j’étais occupé hein !
– Ces radiations sont mortelle à haute dose !
– Oh ça va… c’était un petit coup de pied de rien du tout : c’était même pas filmé au ralentit !
– Bon d’accord… je lance la recherche tout de suite… Oh… je crois que j’ai trouvé ! je t’envoi ça sur ton radar ! »

Gordon tira de sa poche un petit boitier semblable à un gros GPS qui afficha une carte de la ville ainsi qu’un point lumineux.

« Bimi…
– Oui X-Or ?

– C’est là ou nous sommes nunuche !
– Oh ça va hein ! qu’est ce que j’en sais moi ! Bon je t’envoi l’autre source du signal… relou… ras le bol… justicier de mes fe…
– Bimi ?
– Euh non mais rien, voila c’est envoyé »

Cette fois la carte indiqua un autre point dans la zone la plus dangereuse de la ville : la rue « Los Mexicanos »

« Parfait Bimi : encore une fois tu as toute ma gratitude !
– Ouais bah pourquoi pour une fois je pourrais pas avoir un dîner à la place ?
– Mais enfin Bimi je te l’ai déjà dis : je suis marié à mon travail, à la justice…
– C’est ça… prend moi pour une buse ! tu crois que je t’ai pas vu avec la petite jeunette du rayon cosmétique !
– Mais enfin Bimi c’était uniquement pour l’aider ! Oh… il y’a des interférences… je dois… contact… signal…
– X-Or… je vois sur le communicateur que tu mets ta main devant ta bouche… »

D’un geste habile du poignet, Gordon referma le communicateur.

« Bon bah Père Noel on à du pain sur la planche hein ! »

***

Après quelques minutes, le Père Noel et Gordon arrivèrent prés du bâtiment où le signal avait été repéré. C’était un de ses vieux entrepôt décrépie et à l’abandon qui faisaient la joie des enfants pauvres et des rats du quartier. Couvert de crasse et d’humidité, c’était tout à fait le genre de répère que les Weshs affectionnaient.

Par précaution, Gordon demanda au bedonnant vieux monsieur de rester dans la voiture le temps qu’il accomplisse sa mission. Avec la furtivité du jaguar et la classe naturel du sportif de haut niveau, il sauta sur le toit du bâtiement pour mieux observer ce qu’ourdissaient les méchants… et il ne fut pas déçu !

« BOUDI ! » dit il plein d’une juste colère « ils transforment tous les jouets en goodies du film « Aladin » avec Kev Adams ! quelle horreur ! »

Mais la pertinente remarque de Gordon ne passa pas inaperçu, et un des méchants Wesh l’apperçut et donna l’alerte à ses compagnons :

« Blrrraaa ! téma le tarba la hau : chcroi ksé le mec de touta leurre !
– Oh mon Dieu mais comment c’est possible de parler aussi mal ! J’en perds des points de QI ! »

Foutu pour foutu, Gordon sauta au beau milieu des Weshs et commença la distribution de tatane. Avec un style bien à lui, il sautilla par dessus le premier de ses ennemis et le laissa ainsi percuter le pilier qui se trouvait dans son dos. Il commençà alors à envoyer des coups de poing bien raide, ainsi que des kicks tout en souplesse.

Le coeur de Gordon était remplit de joie : enfin il pouvait botter des culs comme au bon vieux temps !

Mais il ne laissa pas sa raison se troubler : il avait une mission et devait agir vite.

« Sa mayre ! il bouge tro vitt chpeu pa le tapay ! » disait les Weshs incapable de gérer un tel adversaire
– C’est normal maudites créatures des bas fonds de la culture ! Je ne suis pas un gentil vigile : JE SUIS X-OR LE SHERIF DE L’ESPAAAAAAACE ! »

Et pour terminer comme il se devait une telle déclaration, Gordon fit un superbe sauté tourbillonnant pour atterir pied en avant sur la tête d’un Wesh à bonnet qui regretera amèrement d’avoir choisi la voie du mal…

« Ah ah ! vil félon : tu regretera amèrement d’avoir choisi la voie du mal !
– C abusay ! le keum il parl com la voix off ! #SecretStory ! » dit le Wesh vaincu tandis qu’il gisait à terre. »

Gordon n’était pas mécontent : il avait vaincu facilement tous les sbires. Cela ne pouvait vouloir dire qu’une seule chose : un méchant plus puissant allait arriver !

Et c’est effectivement ce qui se passa : dans un déluge d’éclair, une affreuse créature à peine humaine apparût dans l’entrepôt, portant casquette et jean baggy. Son petit visage sournois était en soi une insulte a la dignité humaine, mais ce fût dès qu’il ouvrit la bouche que Gordon comprit qu’il avait à faire à une souche plus perverse et horrible de wesh attitude…

« Salut ! ch’uis Kev Adams : tu veux que je te fasse un peu de Mickael Jackson ?
– Mais quelle horreur ! en plus c’est un nécrophage !
– Meuh non reste cool Pops…
– Quoi ? comment tu m’as appeler petit chenapan?
– Nan mais t’inquiète c’est cool bro on est juste là pour faire un peu de buisness pour…
– Pour rien du tout ! vous avez volé le Père Noêl ! ne crois pas que ton apparence semi humaine me trompera ! Je suis X-Or Le Shérif… DE L’ESPAAAAACE !!

– Ouais ouais c’est bon Pops, j’ai capté la première fois que t’as gueuler ça dans toute la baraque, reste tranquille frère…
– Oh putain de… TU L’AURAS VOULU : TRANSMUTATION ! »

Gordon prit alors la pose et activa son braclet transmutateur, source d’hyperpouvoir et de costume en latex.

… mais rien ne se produisit.

« Ha mais merde c’est quoi encore ce bordel !
– Un souci Pops ?
– Toi tu la ferme l’attardé, je m’occuperai de ton cas dans 30 sec… »

Gordon attrapa son communicateur et l’activa avec violence :

« Bimi ? Bordel c’est quoi ce délire avec mon transmutateur ?
– Hey déjà un tu me cris pas dessus okey !? ça fait combien de temps que tu l’as pas utilisé ce truc ?
– Euh… je sais pas moi, 25 ans un truc dans le genre !
– Tu l’as rechargé au moins ?
– Le recharger ? mais enfin c’est de la super technologie de la planete Etolia, ça à pas besoin de pile quand même ?
– Ho lalala ! moi j’essaye de t’aider hein !
– Tu me fou surtout la honte Bimi ! j’ai un méchant qui me regarde me ridiculiser depuis 5min, et je suis toujours pas transformé !
– Pffff… ras le bol de X-Or mon c… Jamais content… Heros du dimanche…
– Bimi qu’est ce que tu baragouine encore ?
– Rien… j’ai activé le mode manuel, je vais pouvoir te transférer ton scaphandre de combat par micro-onde.
– Super ! t’es géniale Bimi : la meilleure assistante qui soit !
– Ouais ouais…
– Au fait Bimi… ça t’as jamais paru bizarre cette histoire de micro-ondes ?
– J’avoue y avoir jamais réfléchi mais c’est vrai que je vois pas trop comment des micro-ondes pourraient transporter ton scaphandre… En plus si je te visais avec un rayon à micro-ondes de cette puissance, tu serais réduit en saucisse
– C’est bien ce que je pensais… je savais que la production avait donné cet argument à la con pour avoir l’air crédible, mais en fin de compte tout ça c’est complètement con !
– X-Or, tu serais pas en train de faire du remplissage histoire que l’épisode dure plus longtemps ?
– Joue le jeu : c’est un spécial de Noel !
– Oh… alors dans ce cas est ce que tu trouves pas non plus étrange que les méchants soient plus fort dans la dimension X alors que si vous subissez tous les deux le même types de perturbation ça devrait absolument rien changer au rapport de for….
– Oh Bimi ! désolé je dois couper on m’annonce que ta réplique devient très très chiante !
– Espèce de…
– Oui oui, moi aussi je t’aime : des bisous ! »

Durant tout ce temps, Kev Adams avait fini par s’asseoir sur un transat installé là par on ne sait qu’elle facétie, et mangeait bruyamment du pop corn lui aussi sorti d’on ne sait où.

« Désolé sale monstre : j’espère que tu as bien profité de ce répit car maintenant ça va vraiment être ta fête : TRANSMUTATION ! »

Sans même qu’il ait eut le temps de le comprendre (bien que nous doutions fort qu’il en soit physiquement capable) Kev Adams eut la surprise de voir apparaître devant lui un chevalier des temps moderne, un héros tout bardé de métal et de diodes électroniques, un samourai digital, un pourfendeur du mal 2.0… X-OR !

« Ouaah ! Pops, comment t’as fait ça ? » demanda le jeune insolent « Incroyable : tu es so connected !
– Raaah la ferme paltoquet ! Maintenant tu affrontes X-Or, le Shérif de l’Espace ! et c’est uniquement parce que nous sommes dans un récit écrit que tu n’entends pas mon générique gueuler à pleins tubes !
– Whaaaa ! ch’uis trop impressionné » répondit Kev Adams avec une pointe de moquerie typique de l’arrogante jeunesse de notre époque.

Mais pour vous public, et parce que c’est important pour l’auteur de ces lignes de vous ne mettre plein la vue : revoyons la scène au ralentit… Non pas cette scène là : on s’en fou ! la scène de transformation voyons !

« … ça va vraiment être ta fête : TRANSMUTATION ! »

A toute vitesse, Gordon execute une magnifique pose de héros (avec grand moulinet des bras et génuflexion impliquant une sacrée maitrise de son centre de gravité) puis brandit la main droite vers le ciel. Alors que la musique disco se déchaine, on peut voir arriver à travers les nuages la formidable base spatiale de X-Or (ou en tout cas une maquette de belle facture qui lui ressemble vachement). La voix de l’ordinateur de bord se fait entendre et dans un truchement métallique dire :

« Ordre bien recu : transfert du scaphandre de combat par champ magnétique »

(oui, nous aussi on trouve ça bizarre puisque selon les épisodes il était question de micro ondes. Notre équipe d’expert à fini par conclure que les deux termes étaient synonymes).

Un rayon de paillette métallique sort de la base spatiale et tombe en pluie sur Gordon pour finalement s’illuminer et former autour de lui la carapace d’acier qui fait de lui un super héros. Après deux trois mouvement pour assouplir les jointures, X-Or est enfin prêt à combattre le mal !

(Si si je vous assure que ce ralentit était très important et que ce n’est pas une vaine tentative de remplissage de la part de l’auteur…)

Kev Adams se précipita sur X-Or et essaya de le frapper en lui lançant dessus un goodies de son dernier film : un mug moche avec sa tête dessus. C’était bien sûr sans compter sur l’incroyable agilité de notre héros qui non seulment évita l’assaut, mais répondit par une de ses célèbres petite boutade :

« Ah ah ! tu vise comme un pied : tu aurais eu plus vite fait de jeter ce mug par terre ! »

Très énervé, Kev Adams attaqua de nouveau, mais cette fois en jetant des DVD de sa série Soda sur X-Or. Le danger était grand, car cette série était tellement mauvaise que le moindre contact pouvait donner une diarhée aigue, et autant vous dire qu’avoir une gastro dans un scaphandre fermé hermétiquement pour resister au vide spatial… c’était la mort assuré !

X-Or roula sur le côté pour se mettre à l’abris, puis contre attaqua avec le laser  fixer sur sa main droite :

« rayon lasero Z ! »

Le tir de notre héros de métal frappa sa cible avec une précision chirurgicale, provoquant une gerbe d’étincelle en plein sur la tête de Kev Adams qui roula au sol tant l’impact fût puissant. Malgré tout, le vilain pas beau se releva et trépigna sur place de rage.

« Gnaaa ! c’est pas cool Pops ! je vais devoir trop refaire mon brushing sérieux ! »

X-Or ne prêta aucune attention aux babillages de l’affreuse créature télévisuel et se prépara à une nouvelle attaque. Il fit un prodigieux bond en avant et termina son mouvement par un splendide bien que pas très réaliste double coup de pied avant de repartir en arrière dans un parfait salto.

Cette fois Kev Adams était à bout : s’aggripant les cheveux, il activa sa transformation en monstre ultime. Dans un déluge d’effet spéciaux de mauvaise qualité, il prit l’apparence hideuse d’un jeune à casquette Wati-B

« Cette fois c’est fini pour toi X-Or ! sous cette forme ultime je suis 5 fois plus puissant qu’avant !
– Pfff… tu n’es qu’un vantard sombre engeance : 5 fois zéro ça fait toujours zéro ! »

Kev Adams sauta tête la première sur X-Or

« Attaque casquette ! » hurla t’il

Les réflexes suraigu acquis après un entrainement intensif de Gordon lui permirent de se protéger juste à temps : plaçant ses mains devant lui, il lança un faisceau d’energie protecteur qui devint une barrière répulsive :

« Ecran Cybero magnétique ! »

Une fois encore, l’attaque de Kev Adams échoua. Réalisant qu’il n’avait aucune chance, il tenta de prendre la fuite en se rendant invisible.

« Ah ah ! tu réalises que tu n’as aucune chance et tu tente de prendre la fuite en te rendant invisible ? fort bien : jouons à chat ! »

Les deux puissantes diodes formant les yeux de X-Or s’allumèrent, activant au passage le mode « visualoscope » de son armure. Cette formidable invention permettait à X-Or de voir les méchants même dans le noir, ainsi que de voir les sous vêtements des filles.

Heureusement, un filtre electronique empéchait de voir les sous vêtements des méchants.

« C’est fini Kev Adams ! je sais ou tu te caches ! » dit X-Or qui avait sans doute vu où était le garnement (oui parce que sinon c’est une vaine tentative de bluff on est d’accord ?)

d’un nouveau bond gracieux il expédia son redoutable double kick, faisant réapparaître Kev Adams qui se fixa tout en se tordant de douleur.

C’était le moment idéal pour le coup de grace : X-Or dégaina son épée et la couvrit d’énergie laser en passant sa main dessus (ne faites pas ça chez vous les enfants : X-Or est un professionnel et un athlète sur-entraîné… et puis il porte une armure !)

« Pour Noel, je t’offre un taillage en régle ! » dit notre malicieux héros avant de frapper droit devant avec sa laséro lame.

l’énergie surpuissante de l’arme légendaire, coupler avec la nécessité scénaristique de vite passer à autre chose, fit exploser Kev Adams dont il ne resta plus qu’une touffe de cheveux…

Mais alors qu’il pensait la situation réglé, X-Or vit apparaitre dans le ciel une gigantesque et menaçante silouhette de plus de trente mètre de haut. Toute vétue de noir, et portant de grosse lunettes « aviator » elles aussi sombre comme la nuit, c’était le véritable instigateur du complot contre le père noel qui se tenait là.

MAITRE GIMS !

« Comme on se retrouve X-Or ! » dit le terrible seigneur du Wati-B « ainsi donc tu as vaincu Kev Adams… cela ne m’étonne pas de toi finalement, même avec l’age tu n’as rien perdu de tes talents de héros.
– Et je suis prêt à te le prouver encore en te bottant le cul Gims !
– Je suis devenu trop puissant pour toi ! Le Wati-B a absorber toute la force vitale de la jeunesse et je suis maintenant un dieu ! Noel était le dernier obstacle, mais désormais c’est fini : le Père Noel ne pourra pas distribuer ses cadeaux à temps et moi je serai le maitre du monde !

– Que tu crois ! Mais tu as oublié un détail : MOI !
– Pfff… misérable insecte : que peux tu faire contre un être aussi immense que moi ?
– Moi ? rien, mais j’ai un ami à te présenter… MOROX ! VIENS A MOI ! »

Une formidable musique pleine de section cuivre et de basse disco retentit : tranversant à nouveau les nuages, la base spatiale d’X-Or apparut et commença a se transformer. En moins de temps qu’il n’en faut pour dire « stock shot », apparut le puissant Morox, dragon robot au service de la justice.

Il ne fallut qu’un bond à X-Or pour pouvoir grimper dessus et tenir tête a l’infame maitre Gims.

« Morox : fait le griller ! »

Aussitôt dit aussitôt fait, le dragon souffla ses redoutables flammes contre le seigneur du Wati-B. Un déluge d’explosion éclata, et la méchante créature fut repoussé. Mais ce n’était qu’un assaut : le combat était loin d’être fini !

Gims brandit son téléphone et activa sa playlist, lançant ainsi sa terrifiante attaque sonique :

« BELLAAAAAAAAAA ! »

Les ondes sonores commencèrent à fissurer Morox et l’armure de X-Or.

« Arg ! quel enfer ! ce son est horrible ! » dit Gordon qui souffrait le martyr.

Il eut alors un instant Flashback. Il repensa aux enfants de la terre, à leurs sourires, et au doux son de leurs rires cristalins. C’était pour cela qu’il luttait, pour cela qu’il était un héros, un Shérif de l’Espace. La souffrance n’était pas une excuse pour renoncer. Prêt à périr s’il le fallait, X-Or se dressa une fois de plus, fier et vaillant, prêt à défier la mort elle même dans un ultime face à face sublime au delà du bien et du mal.

« Je vais t’apprendre la musique Gims ! Et je vais même te faire danser ! » dit notre héros au comble du supplice.

Gordon tenta de brandir son épée, mais la douleur l’empechait de viser. Malgré sa volonter, l’insipide musique de Maitre Gims était en train de briser son esprit, le privant petit à petit de ses 5 sens…

« Gordon… » dit une voix éthérée (c’est à dire avec beaucoup de reverb) « Gordoooon….
– Eh ? j’entends des voix maintenant ?

– Non Gordon… je suis la déesse Athéna, et je suis là pour te soutenir…

– Athéna ? mais c’est quoi ce délire ! vous êtes pas dans la bonne série ma petite
– Je sais Gordon, mais c’est le pouvoir de Noel…
– Le pouvoir de Noel ?
– Oui : celui des miracles. Et c’est par ce pouvoir que je peux venir à ton secours et te donner la force et le courage de vaincre…
– Ouah ! génial ! Dites pendant que je vous tiens, je voulais vous demander un truc : comment ça se fait que les autres Dieux dans la série ils sont super bourrin et vous vous êtes toujours…
– Euh… oh c’est dommage j’en aurai bien parler avec toi mais tu dois te réveiller chevalier… euh X-Or pardon. Frappe ton ennemi et sauve Noel ! »

Guider par la douce voix d’Athéna, X-Or lança son épée avec ses dernière forces.

Et le miracle arriva ! l’épée frappa le téléphone de plein fouet le faisant exploser, brulant sévèrement la main de Maitre Gims. Ce dernier poussa un hurlement horrible (ou était ce une nouvelle chanson de son album ?) et recula :

« Arg.. mon Xperia ! putain un téléphone à 800 balles mec !
– Hé hé ! je t’avais prévenu Gims : en t’en prenant au Père Noel tu as commis une grave erreur !
– Très bien X-Or… tu gagnes cette manche : mais le Wati-B compte de nombreux soldats… un jour tu seras vaincu !

– Ouais ouais : va demander au C-Rex ce que je leur ai répondu quant ils m’ont sorti le même barratin ! »

Et tandis que Gims prenait la fuite, le ciel retrouva sa couleur naturelle. Sûr de sa victoire, Gordon tomba de fatigue et s’évanoui

***

Gordon se réveilla dans la voiture du Père Noel. Son premier reflexe fut de vérifier qu’il avait toujours ses sous vêtements. Une fois rassuré il s’adressa au jovial bonhomme :

« Whaou : quelle bataille ! combien de temps je suis resté dans le gaz ?
– Oh même pas un quart d’heure : tu as été formidable Gordon !
– De rien Père Noel. Vous avez put récupérer la hotte ?
– Oui c’est bon, Noel est sauvé !

– Super ! vous ne serez pas en retard pour livrer alors ?
– Non, non… regarde ! »

Lorsque Gordon regarda devant lui, il vit que la voiture était en train de voler dans le ciel, et que d’un geste habile, le Père Noel bombardait les cheminées de paquet cadeau.

« Tu me file un coup de main ? » demanda le gentil vieil homme
– Et comment ! » répondit le héros enthousiaste en attrapant un paquet dans la hotte.

Et c’est ainsi que cette nuit là, X-Or sauva Noel, et retrouva dans son coeur de héros le sentiment d’avoir apporter de la joie et du bonheur aux enfants du monde entier…

 

Share Button

Une réflexion au sujet de « Journal de bord – Episode 23 : La revanche d’X-Or #Defibradbury »

  1. FA-BU-LEUX ! Il me manque quelques références récentes pour tout comprendre, mais peu importe : c’est à crever de rire ! Tu finis l’année en beauté :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *