Archives par mot-clé : clamp

Clamp in Paris

 

Dans l’univers du Manga, le studio Clamp fait parti des “pointures” au style bien particulier, un peu comme Gainax dans l’univers de l’animation.

Pour les 20 ans du studio, une exposition exceptionnel à lieu à Paris du 3 juillet au 27 septembre à la galerie des bibliothèques (2, rue Malher Paris 4e) afin de faire découvrir a tous l’univers des “reines du manga”

En parallèle à l’exposition, un Artbook a été édité par Pika Edition. Cet Artbook couvre les 20 ans de création de Clamp dans un recueil d’une grande qualité. Tout d’abord, l’objet en lui même est de belle facture : papier de qualité, reproduction impeccable, bref c’est du tout bon.

Le contenu est a l’égal de son contenant : des illustrations de Chobits, xxxHolic, Tsubasa reservoir chronicle, Sakura, Magic Knight Rayearth, RG Veda ou Clover, toute reproduite avec une grande qualité.

Même si on regrettera le peu de contenu annexe (pas beaucoup de texte) on appréciera de retrouver dans un volume agréable a consulter un panel représentatif de l’oeuvre du studio Clamp. Le prix (15 euros) est raisonnable pour un Artbook de cette qualité et ravira les fans.

Clamp in Paris, édité par Pika Edition pour 15 euros.

Share Button

Alfons Mucha : de l’art nouveau au manga

Une fois n’est pas coutume, on va parler peinture sur Top Five, et plus particulièrement d’un artiste pas forcément connu, mais dont l’impact est bien plus important qu’il n’y parait.

Alfons Mucha était un artiste de la fin du 19eme siècle, née dans ce qui deviendra la république Tchèque. Il suit tout d’abord des études de chant, mais se réoriente vers les arts graphique vers l’adolescence (a cause de sa voix qui mue) et grâce aux bonté d’un riche mécène qui l’admire, il peut étudier a Munich.

En 1887, Mucha poursuit ses études à Paris dans diverses académie. A cet époque, il travail a la création d’affiche publicitaire. C’est en 1894 qu’il est sollicité par le théâtre de la renaissance (il était ce jour là le seul disponible… comme quoi ça tient à pas grand chose) pour crée l’affiche de “Gismonda” interprété par la célèbre Sarah Bernard. Le résultat, une œuvre audacieuse ou l’artiste crée une composition révolutionnaire et qui marque le début du “style” Mucha. Il s’en suivra un contrat de six ans avec le théâtre pour lequel il produira nombre d’affiche toute plus créative les unes que les autres.

Continuer la lecture de Alfons Mucha : de l’art nouveau au manga

Share Button