Archives par mot-clé : masahiro morio

Beach Stars : c’mon beach !

Souvenez vous : dans les années 80, les jeunes filles férues de sport passaient leur temps a sauter en l’air en hurlant “AAAAA-TAQUE !” ou “SERVICE CANON !”

Et oui, c’était la bonne époque de Jeanne et Serge, série cultissime s’il n’en faut et qui popularisa le volley ball.

25 ans plus tard, le monde a changé, mais il bat toujours dans le cœur des jeunes filles la flamme de la compétition. Ce qui change, c’est que maintenant le cœur des jeunes filles est bien a l’abris sous un imposant décolleter lui même enrober dans un maillot de bain moulant.

Bienvenu dans Beach Stars, un manga sur le monde de Beach Volley. Si on pouvait craindre une histoire dans la ligné de “Dead or Alive Extreme volley ball” (a savoir un simple prétexte pour voir de jolie pépé en tenues légères) ce manga parvient a s’en tirer très honorablement en étant avant tout une histoire simple mais efficace.

On suit les aventures de Iruka Nanasé, une jeune lycéenne qui adore le volleyball mais qui voit ses rêves sportif partir en fumer lorsque le club du lycée ferme faute de membre. Déçut, elle et ses amis vont tromper leur ennui a la plage et découvre alors le Beach volley. C’est la révélation pour Iruka qui trouve un parfait substitue a son sport préférer… et aussitôt une rivale !

La petite Iruka, pleine d’une bonne humeur et d’un dynamisme contagieux, nous entraine a sa suite a un rythme soutenu passant sur tout les classiques du genre (le défi, les premiers match, la rivalité, l’entrainement etc) croisant au fil de l’histoire moult personnage.

Si l’auteur Masahiro Morio n’est pas un dessinateur exceptionnel (son trait est un peu brouillon) il sait user de plans accrocheurs (et pas seulement en abusant de la plastique de ses héroïnes) et garder une grande lisibilité dans l’action.

En évitant l’écueil facile du fan service et en jouant a fond la carte sympathie de son personnage principale, Beach Stars est un manga agréable a lire, parfait pour se détendre sur la plage entre deux jolies naïades (bah quoi ? on peut rêver nan ?)

Share Button