Top five des mots à la con mais que tout le monde emploi

Premier top five de l’année ! Et oui en 2016 on garde le tempo et on va essayer régulièrement de justifier le nom de ce site.

Alors qu’est ce que j’entends par « mot à la con » ? oui parce que dit comme ça c’est vague. Et bien j’entend tout simplement qu’un mot à la con est un mot qu’on emploi à la place d’un autre JUSTE pour faire « cool » ou paraître « tendance ». Ce sont le plus souvent des mots anglais, vu que notre belle jeunesse copie ce qui vient d’outre atlantique a la vitesse d’un tweet.

Numéro 5 : Selfie

A l’origine un selfie c’est une photo de soi qu’on prend avec son téléphone en le tenant à bout de bras (ce qui donne un cadrage générique et impose souvent une posture à la con). Le selfie c’est donc le patient zéro de la branlette narcissique version 2.0. Pourtant ce n’est pas cet usage du mot qui lui vaut sa place dans le classement. En effet, même si cette tendance a se mettre en scène soit même me parait bizarre, c’est parce que je n’ai pas grandit dans la génération numérique et que je n’ai pas la même vision des choses (de la à dire qui à tort ou raison… ça serait bien prétentieux à moi de trancher). Bref, ce qui me fait PETER un cable, c’est lorsque même à la télé ou dans la presse (on se calme, je parle surtout des quotidiens gratuits qui sont troussés à la va vite sur la base de dépêche AFP) on voit ce mot être utiliser pour parler de… Photo. Oui oui une photo on l’on figure dessus : boum c’est un selfie. Alors pour les plus attardé on reprend : un selfie c’est une photo de SOI qu’on prend SOI-MEME. Si ce n’est pas le cas, alors c’est juste une PUTAIN DE PHOTO !

Un petit exemple ?

One-Direction
Non, la jeune fille avec les one direction ne fait pas un selfie bordel !

Bref, faites des selfies, des photos, mais par pitié mélangé pas les deux.

Numéro 4 : Swag

Ah le Swag, ce mot rapide et pas cher pour désigner tout et n’importe quoi. Son origine est très incertaine (mais bon c’est le cas de plein de mot après tout) mais c’est surtout un mot affreux à l’oreille. Le sifflement du début et le son « geu » à la fin que les plus abrutis prolongent à en crever me donne envie de pratiquer une forme d’extrémisme plutôt radicale impliquant l’interaction entre une arbalète et du kérosène. Et puis merde ce mot à donné naissance à ce mec :

swagg-man-604-tt-width-604-height-450-lazyload-0-crop-0-bgcolor-000000
Swaaaaag !

Autant dire un truc aussi improbable et irréaliste qu’un crop circle. Je vous invite d’ailleur à imaginer mentalement ce jeune homme chaque fois que vous aurez envie d’utiliser le mot swag. Il y’a de forte chance que l’envie vous passe en quelques instants et que vous repreniez une vie saine aussitôt après.

Numéro 3 : Clash

Les Clash 2.0 sont tout simplement les disputes ou les arguments entre deux personnes. Zemmour lève le ton contre un interlocuteur : Clash ! Votre chère maman vous houspille parce que vous n’avez pas fait votre lit : CLASH ! Léonidas met un mid kick a l’émissaire de Xerses : CLASH !!

Bah ouais mais en fait c’est débile comme expression. Le clash, c’est le bruit que fait l’entrechoquement de deux armes, et par extension cela représente l’affrontement de deux protagoniste. Sauf que s’il suffit de lever le ton pour que parliez de Clash… bah va y’avoir du clash partout ! Alors du coup ça à donné toute la famille du « je te clash ! » ou « ça va clasher » qui est tout aussi élégant et sémantiquement juste que le langage des Sims.

Le gros GROS problème de cette expression c’est qu’elle fini par transformer tout et n’importe quoi en conflit de grande ampleur (reprenez mes exemples du début). Sauf qu’en fait non, ce sont juste deux personnes qui argumentent.

zemmour-melenchon
Clash au sommet : regarder la hargne dans leurs yeux

C’est quand même terrible qu’avec un mot on puisse faire croire aux gens qu’il y’a de l’animosité là ou il n’y en à pas…

Numéro 2 : Punchline

Lourd ! trop puissant ! wesh mec la punchline c’est trop swaaaaag ! Bon en fait une punchline c’est quoi, c’est une réplique percutante, le plus souvent adressé pour couper le sifflet à l’adversaire. On en connait tous pleins, que ça soit des répliques de films :

« Le monde se divise en deux catégorie : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent : toi, tu creuse ! »

Des paroles de chanson :

« Si les meilleurs partent en premier : pourquoi suis-je toujours en vie ? »

Ou bien des citations célèbres :

« La France a perdu une bataille, mais la France n’a pas perdu la guerre »

Techniquement la Punchline vient des sitcom américaine ou elle désigne la réplique  pleine d’esprit d’un personnage et qui va susciter le rire, ou bien qui va humilier irrémédiablement son interlocuteur.

Sauf que… un peu comme pour le clash, on emploi cette expression à tort et à travers, et toute phrase vexante va se voir affublé de la mention « punchline ». Oui mais voila, la punchline à quand même deux points très important qui vont disqualifier un maximum d’erzatz.

Petit un : la punchline est rapide, foudroyante. Elle est lié à la magie de la comédie et demande un dosage très très précis. Le timing est crucial et il faut concentrer un maximum d’intensentier en peu de mot. C’est un genre ou les rappeurs sont spécialistes.

Petit deux : la punchline est efficace, créative et le plus souvent impossible a retourner. La encore, les plus grands rappeur ont façonner des « punchlines » redoutable.

Bon alors grosso modo de quoi je me plaint encore ? Et bien du fait que on défini maintenant de punchline n’importe qu’elle phrase prétenduement intense et créative dans le but d’être iconique. Quelques exemples en vrac :

1507-1
Punchline (Ce mec est génial, allez voir sa chaine youtube)
Pas Punchline
Punchline (De toute façon ce mec parle que en Punchline, c'est ouf)
Punchline
(De toute façon ce mec parle que en Punchline, c’est ouf)
Pas Punchline (bah lui c'est le contraire du précédent...)
Pas Punchline
(bah lui c’est le contraire du précédent…)

Donc on se rappelle bien : une punchline c’est une phrase qui à la classe, et qui en une phrase vous balance 300 ans de philosophie Shintoiste dans la face.

Numéro 1 : YOLO

Acronyme de « You only live once » (« on ne vit qu’une fois ») Yolo est le boss final des mots à la con. Utilisé comme une interjection c’est le mot tendance et vide de sens qu’on se mange à toutes les sauces et qui fini par être suranné.

Cependant, il y’a de l’espoir car le détournement ironique de cette saleté à donné des saillis drolatique, ma préféré étant :

« Je roule à tombeau ouvert sur la Yoloroute du swag »

Donc utilisons ce « carpe diem » moderne pour ce qu’il est, et arretons d’en faire une forme verbale de l’exclamation (ou alors ayons un peu d’ambition et faisons en des punchlines swag pour clasher les boloss qui font des selfies !)

yolo

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *